Faut-il réglementer les temps de pause ? | Expectra
progress bar

Faut-il réglementer les temps de pause ?

#bien-être au travail #productivité

15 mars 2021

Le Code du Travail prévoit un temps de pause d’au moins 20 minutes dès lors que le temps de travail dans la journée atteint les six heures en continu. Il existe aussi des particularités en fonction des secteurs, et certaines entreprises prévoient des dispositions plus strictes. Est-ce une bonne idée ? Ou vaut-il mieux s’en tenir à la loi et laisser les salariés s’autogérer ? Les avis de deux experts.

Edit : cet article a été écrit à l’aube 2020, avant que la crise du coronavirus vienne bouleverser toutes nos habitudes de travail. L’actualité nous a donc contraint à reporter sa publication. Il nous semble cependant opportun aujourd’hui de vous partager les réflexions suivantes dans le cadre de notre thématique mensuelle sur la gestion du temps. Plusieurs propos vous invitent ainsi à réfléchir sur la notion du temps de pause nécessaire, quelles que soient les conditions de travail.

Oui : Pour mesurer le temps de travail et éviter les inégalités

« En cas de désaccord entre les salariés et le management ou la direction, réglementer et contrôler les pauses permet de cadrer les choses, de les mesurer plutôt que de rester sur un flou artistique qui risque d’impacter le climat social », François Huchez, Président de Horloges Huchez.

Sur leur temps de présence dans l’entreprise, les salariés ne sont pas tous égaux, souligne François Huchez, et réglementer les temps de pause permet d’éviter les inégalités et jalousies. « Par exemple, on a vu augmenter la tendance à faire pointer les pauses au moment de l’interdiction de la cigarette, pour éviter de léser ceux qui ne fumaient pas et continuaient à travailler pendant que les fumeurs prenaient cinq pauses par jour avec à chaque fois dix minutes pour descendre et remonter dans la tour. »

En cas d’abus, ces contrôles peuvent également s’avérer utiles, qu’ils confirment ces abus ou qu’ils révèlent qu’il n’y en a pas vraiment. « Si le management a l’impression que certains abusent des pauses, il devient intéressant de les mesurer et de les réglementer. D’abord, cela a un effet dissuasif : une fois que les gens se savent contrôlés, ils reviennent automatiquement dans le cadre. Ensuite, si les pauses sont en fait justifiées, cela permet de rétablir la confiance. C’est une façon de clarifier la situation. »

Il ajoute qu’il ne faut pas oublier l’aspect purement pratique, le cadrage étant important pour des questions organisationnelles et financières.
« Pour le respect des horaires et la comptabilisation du temps, il peut être intéressant de réglementer et faire pointer les pauses. On peut ne pas être très à cheval sur les horaires mais avoir tout de même besoin de savoir combien de temps les salariés ont travaillé, ne serait-ce que pour pouvoir établir la paye. »

En bref, la réglementation des pauses présente plusieurs avantages en termes d’égalité de traitement, de confiance et de respect du temps de travail.

Non : Les vertus de la pause sont multiples

« Les moments de pause sont très importants pour la vie de l’entreprise. Dans un mode de management peu tolérant avec les moments de pause, les gens ne sont pas productifs, alors qu’avec un mode plus lâche qui autorise les discussions informelles, ils sont plus créatifs et efficaces », Pierre-Yves Sanséau, professeur en management des ressources humaines à Grenoble Ecole de Management.

Pour Pierre-Yves Sanséau, non seulement, les abus en matière de pauses sont relativement rares, mais de plus, laisser faire, c’est permettre aux salariés de discuter entre eux de questions importantes. « On sait depuis les années 1930 que ces temps informels que constituent les pauses, sont des moments très importants de communication sur des sujets-clés dans l’entreprise. C’est là que des informations essentielles s’échangent et qu’on arrive à prendre des décisions et à avancer sur des dossiers. Et c’est d’autant plus vrai en France, où il y a une certaine rigidité historique dans les rapports hiérarchiques qui rend ces coupures indispensables. »

Il estime par ailleurs que ces temps de repos sont encore plus indispensables dans certains cas : c’est une question de santé et de bien-être. « Pour les personnes qui ont des tâches répétitives ou qui travaillent sur un écran, le corps et l’esprit ont besoin d’une pause toutes les quarante minutes. C’est une question de santé, elles sont nécessaires pour les yeux, pour l’équilibre psychique et pour éviter les troubles musculo-squelettiques. »

Sans oublier que ces pauses sont plus efficaces pour resserrer les liens que toutes les journées de team building qui pourraient être organisées par le management. « Les pauses font émerger un esprit d’équipe informel qui permet d’être plus performant. Il se développe une entraide et des liens qui améliorent l’équilibre au travail. Les salariés se regroupent par affinité, région d’origine, centres d’intérêt, âge des enfants, etc. La pause est le lieu de la création et de l’alimentation de ces groupes informels. »

Au final, si les pauses permettent de gagner en créativité, en esprit d’équipe, en bien-être et en efficacité, mieux vaut laisser les salariés les gérer comme ils l’entendent. Et généralement, ceux qui voudraient en abuser sont au final sanctionnés par le collectif avant même de l’être par leur hiérarchie !

💡 En cette période de crise sanitaire, le droit au repos et toutes les règles en matière de durée du travail restent applicables aux collaborateurs.
Avec le télétravail, certains plébiscitent des outils pour suivre les temps effectifs et de pause, d’autres visent surtout à faire perdurer ces moments informels en créant des pauses café virtuelles ou en passant des appels pour prendre des nouvelles.

Et vous, comment vivez-vous vos temps de pause en cette période ?

Faut-il réglementer les temps de pause ?

à lire aussi

Le slow a-t-il sa place en entreprise ?

lire l'article

chargement de l'article suivant

tous les articles sont affichés !

vous aimez nos articles ?

abonnez-vous à notre newsletter.

En inscrivant mon adresse email, j'accepte de recevoir les newsletters du blog Expectra.

envoyez cet article par mail.