industries aéronautique et spatiale : ça plane pour l’emploi !

#industrie

5 juillet 2024

210 000 : c’est l’effectif global de personnes employées par l’industrie aéronautique en France en 2023. En hausse de 7 % par rapport à l’année précédente, la filière a atteint son record du nombre de postes pourvus. Après cette forte hausse, le secteur aéronautique et spatial s’apprête à décoller vers de nouveaux sommets en matière de recrutement en 2024. Entre opportunités à saisir et grandes transformations, quelle est la trajectoire de la filière ? Quelles perspectives et défis pour les professionnels et les talents ? Décryptage d’un secteur ambitieux, en pleine transformation.

Getting your Trinity Audio player ready…

secteur aéronautique et spatial : envolée vers la croissance.

Après avoir eu du plomb dans l’aile avec la crise du Covid-19, l’industrie aéronautique et spatiale française a bien su rebondir. En 2023, son chiffre d’affaires a atteint 70,2 milliards d’euros, avec une augmentation de 9 % par rapport à l’année précédente. Suivant la reprise rapide du transport aérien, les commandes civiles ont augmenté sensiblement (une hausse de 65 % pour une valeur totale de 44,8 milliards d’euros). 

L’entreprise Airbus a notamment obtenu le nombre record de 2 094 avions commandés. Des indicateurs au vert identifiables également chez d’autres groupes leaders du secteur tels que Safran

des secteurs en pleine transformation.

Face à l’urgence climatique, la décarbonation de la filière aéronautique est devenue une priorité. Le Plan France 2030 illustre cette ambition avec une enveloppe de 1,2 milliard d’euros prévue pour décarboner le secteur.

L’objectif fixé par le Président de la République est de développer en France un avion bas-carbone à horizon 2030. Au sein de l’enveloppe de 1,2 milliard d’euros, 800 millions alimenteront la feuille de route technologique du Conseil pour la recherche aéronautique civile (Corac), partagée entre l’État et les industriels afin de développer un avion décarboné.

Le Corac avait déjà bénéficié d’une enveloppe de plus d’1,5 milliard d’euros de 2020 à 2022 pour soutenir des projets tels que l’hybridation des avions et hélicoptères, l’avion à hydrogène, la capacité d’incorporation de 100 % de carburants durables dans les moteurs, les opérations aériennes optimisant les trajectoires pour réduire la consommation de carburant.

Ces projets vont être maintenus et amplifiés dans le cadre de France 2030. Fonctionnant selon des schémas collaboratifs, avec jusqu’à quarante partenaires pour les projets de plus grande ampleur, ils bénéficient de manière directe à 185 sociétés (dont 170 équipementiers, PME et ETI) et 35 laboratoires publics

Par ailleurs, toujours dans le cadre de France 2030, 400 millions sont dédiés aux acteurs émergents de l’industrie aéronautique :

  • Un appel à projets destiné aux acteurs émergents a été opéré par Bpifrance. Afin de soutenir des innovations qui pourront rapidement alimenter le marché de « l’aviation décarbonée », comme les avions légers électriques ou hybrides.
  • Le déploiement rapide des « carburants d’aviation durables » 

Du côté du spatial, France 2030 a déjà accordé 500 millions d’euros au profit de la filière. Les fonds engagés visent à positionner les entreprises françaises sur les segments prometteurs des constellations et service en orbite, à travers des services de micro et mini-lancement. Dans ce cadre, un appel à projet a été lancé en 2022 par le Centre national d’études spatiales (CNES) sous l’impulsion de Bruno Le Maire. 

les perspectives pour l’emploi et la formation.

Le dynamisme de la filière a également des conséquences positives sur l’emploi : le nombre de personnes travaillant dans l’aéronautique a atteint son record en France en 2023, avec 210 000 postes pourvus. 

Mais recruter n’est pas chose aisée… En 2023, environ 30 % des postes spécialisés n’ont pas été pourvus. Deux raisons semblent pouvoir expliquer cette pénurie de talents : une vague de départs à la retraite et l’inadéquation entre le nombre de jeunes récemment formés et l’ampleur de la demande. 

Pour pallier cette pénurie, la filière aéronautique et spatiale mise massivement sur l’intégration de jeunes talents, la communication et la formation. C’est notamment l’ambition qui était à l’origine de la création de la campagne « L’Aéro recrute » lancée par le Groupement des industries aéronautiques et spatiales (Gifas) en 2022 et qui s’intensifie en 2024. 

Entre 25 000 et 30 000 recrutements sont attendus cette année dont près de 7 000 alternants.  

Parmi les profils les plus recherchés :

L’évolution du secteur aéronautique génère également une forte demande de profils spécialisés en intelligence artificielle, cybersécurité, data analytics et également en nouvelles énergies (hydrogène, électrique, etc.). Des domaines très prisés par ailleurs dans d’autres filières industrielles, d’où les tensions sur le marché. 

Du côté de la formation, on voit se multiplier les partenariats entre entreprises et institutions académiques pour permettre de développer les programmes adaptés aux besoins du secteur. 

Par exemple, le groupe Thales et l’ISAE-SUPAERO ont renforcé leur collaboration en 2024 en signant un partenariat pour la création d’une chaire de recherche sur la thématique « système de transport intégré » (STAI). Cette approche vise notamment à « accroître le niveau d’excellence dans le domaine des modélisations, de l’IA et de la recherche opérationnelle ». 

Parallèlement, il est essentiel de miser sur la formation des employés déjà en poste. Avec l’évolution rapide des technologies et des méthodes de travail, les compétences doivent régulièrement être mises à jour. La formation continue permet aux ingénieurs et techniciens d’acquérir de nouvelles connaissances, particulièrement en matière de technologies numériques, d’intelligence artificielle, et de décarbonation. En investissant dans le développement professionnel de leurs équipes, les entreprises peuvent à la fois combler les lacunes en compétences, favoriser la rétention des talents, et gagner en agilité. 

expectra et randstad s’engagent pour propulser l’emploi dans l’aéronautique.

Le 25 janvier 2024, s’est tenue la 3ᵉ édition de l’AéroDay, la journée nationale de recrutement dédiée à la filière aéronautique, spatiale et défense. 4 330 postes étaient à pourvoir dans 6 régions, dont 2 200 en Occitanie et 1 100 dans les Pays de la Loire.

Les contrats proposés sont des CDI, des CDD et des missions d’intérim de longue durée. 

Des formations qualifiantes sont également accessibles aux candidats et candidates qui souhaitent apprendre de nouvelles compétences, les développer ou les renforcer.

Les offres couvrent un large spectre de qualifications : ajusteur, opérateur machines, mécanicien, électricien, contrôleur qualité, planificateur production, technicien, chef de projet, ingénieur systèmes, etc. Cette journée ouverte à tous a permis des échanges entre candidats et recruteurs, la découverte des métiers, un atelier CV, un coaching entretien d’embauche et prise de parole en public… et de tester un simulateur de vol !

En 2024, l’industrie aéronautique et spatiale française se redresse avec dynamisme après une période de turbulences. Si les indicateurs de croissance sont encourageants, des défis persistent, tels que l’urgence de décarboner le secteur de l’aviation civile. Le Plan France 2030, avec ses investissements ciblés dans la décarbonation et l’innovation, offre des pistes prometteuses. Toutefois, il est également crucial de renforcer la formation continue pour les professionnels en poste afin de maintenir la compétitivité et pallier la pénurie de talents. Une approche équilibrée, alliant innovation et développement des compétences, sera essentielle pour assurer la résilience du secteur.

article intéressant

industries aéronautique et spatiale : ça plane pour l’emploi !

article intéressant

à lire aussi

industrie pharmaceutique : où en est-on de la relocalisation des chaînes d’approvisionnement du médicament en france ?

lire l'article

chargement de l'article suivant

tous les articles sont affichés !

vous aimez nos articles ?

abonnez-vous à notre newsletter.

En inscrivant mon adresse email, j'accepte de recevoir les newsletters du blog Expectra.

alert-svg

envoyez cet article par mail.