Comment prendre une décision difficile et l’assumer ?
progress bar

7 conseils pour prendre une décision difficile… et l’assumer

#bien-être au travail #leadership #motivation

Départ, licenciement, réorganisation, coupes financières, mutation… Autant de décisions stressantes à prendre ou à annoncer. Alors voici quelques conseils pour prendre une décision difficile et l’assumer – aussi sereinement que possible.

➡️ Durant le processus décisionnel…

Vous sentez qu’une décision difficile se profile mais vous hésitez encore : est-il vraiment nécessaire d’annuler cette augmentation ? De se départir de ces trois collaborateurs ? De prendre une mesure disciplinaire ? De quitter l’entreprise ? Il existe en effet pire qu’une décision impopulaire : une décision impopulaire que l’on aurait pu éviter. Prenez donc le temps de réaliser les étapes suivantes avant de fixer votre choix final.

 1. Analysez les données factuelles

Pour toute décision professionnelle, en particulier si elle implique des conséquences désagréables, rien de tel que de se reposer sur les faits, les faits, et encore les faits. Pour cela, il est crucial de vous dégager du temps et de l’espace afin d’analyser la situation dans son ensemble et de prendre la décision la plus éclairée possible. 

expectra expert de vos métiers informatique & télécoms.

en savoir plus

  • Quels sont les faits qui amènent à cette décision ? 
  • Quels sont les inconvénients et risques de cette décision ? 
  • Quels seraient les avantages et les bénéfices à court, moyen et long terme ? 
  • Avez-vous rédigé une liste de pour et de contre ? 
  • Avez-vous réfléchi aux notions d’urgence et d’importance ? (Exemple : il vous paraît peut-être urgent de réaliser des économies. Mais est-ce plus important que de perdre un collaborateur précieux ?). Ce processus vous permettra également d’avoir confiance en votre jugement. 

💡Bonus : la gestion fondée sur des preuves (GFP) consiste à prendre des décisions basées sur des observations scientifiques plutôt que sur son instinct. Au lieu de supposer, appuyez-vous – quand c’est possible – sur des comparaisons ou données et études en guise de preuves tangibles (exemple : vous annulez la rotation des équipes car une étude indique que cela génère davantage d’erreurs). 

2. Envisagez plusieurs décisions

Bien souvent, il n’y a pas une seule décision parfaite, mais plusieurs choix qui ont tous des avantages et des inconvénients/risques. Alors, si vous avez de la difficulté à prendre une décision, imaginez-en plusieurs

  • Pour chacune des décisions envisagées, indiquez les conséquences positives et négatives.
  • Valorisez-les par un chiffre afin de vous aider à clarifier votre perception. 
  • Visualisez chacune des décisions et cherchez aussi à écouter votre intelligence émotionnelle (si l’analyse rationnelle est indispensable, l’intuition peut être un bon allié).

💪N’hésitez pas à prendre conseil auprès de votre entourage professionnel (ou personnel) et acceptez qu’il puisse ne pas y avoir de décision parfaite.

3. Utilisez la motivation du stretch goal

Si les conditions sont réunies, le concept anglo-saxon du « stretch goal » pourrait vous conforter dans votre décision, et convaincre vos collaborateurs.

Qu’est-ce qu’un stretch goal ? Un objectif ambitieux, audacieux, excitant… caractérisé par une « difficulté extrême » et une « nouveauté extrême ». Pour l’atteindre, il ne suffit pas de travailler plus dur mais de changer complètement ses pratiques. Le jeu en vaut cependant la chandelle : si vous présentez à votre équipe le but, les obstacles et les moyens d’y arriver, elle pourrait être plus réceptive aux sacrifices nécessaires pour accomplir cet objectif extraordinaire.

🤓Bon à savoir : dans le monde des affaires, les stretch goals sont souvent perçus comme d’importantes sources de motivation et d’accomplissement, comme le souligne un article du Harvard Business Review.

➡️ Une fois la décision prise…

Vous avez fait votre choix en connaissance de cause, considéré les différentes options, pensé aux imprévus et vous avez confiance en votre décision. Parfait ! Mais gérer la difficulté ne s’arrête pas là : vient le moment délicat d’annoncer et d’assumer pleinement votre décision.

4. Maîtrisez les communications

« On ne peut souligner assez l’importance de contrôler les messages à l’interne », insiste Matthew Leone. « Le niveau de stress sera déjà élevé alors en l’absence d’une communication transparente, des histoires indésirables pourraient se répandre comme une traînée de poudre. C’est une responsabilité du leadership que de savoir bien communiquer les informations à l’équipe. Ce processus renforcera la confiance autour de vos décisions. »

Ayez donc en tête les 3 points ci-dessous : 

  • Ne laissez pas les autres parler à votre place et les rumeurs s’emparer des zones d’ombre.
  • Laisser planer le mystère après une décision impopulaire peut très vite créer une situation explosive. 

Planifiez en amont la façon dont vous souhaitez délivrer le message (c’est justement l’objet de notre 7ème conseil 🤓), en particulier auprès des personnes les plus susceptibles de mal vivre la situation.

5. Montrez les résultats positifs

Après une décision pénible, il est important de montrer les impacts bénéfiques de ce choix difficile, de regonfler le moral des troupes et, le cas échéant, de reconstruire les liens affectés au sein de l’équipe.

« Il est capital d’attirer l’attention le plus tôt possible sur les résultats positifs », peut-on lire dans Forbes. « Cette stratégie encourage vos équipes en leur montrant que, même si le chemin est tortueux et éprouvant, des améliorations progressives ont lieu et cela vaut la peine de passer par des moments plus durs. »

6. Donnez du sens à votre décision

On peut défendre une décision impopulaire en exposant les données factuelles qui la rendaient nécessaire, certes. Mais pour plus d’impact, donnez un sens à vos actions et surtout, montrez comment ce sens s’inscrit dans leur parcours. 

« Si l’on montre que la décision est dure mais juste, et qu’elle ne profite pas à un petit nombre, il y a en général peu de résistance », explique Christophe Faurie, professeur à l’université Paris-Dauphine, interviewé pour Capital. Bénédicte Haubold, fondatrice du cabinet Artélie spécialisé dans les risques psychosociaux, le souligne : « Dans les entreprises où le manager relaie des décisions sans leur donner du sens, on constate rapidement des baisses de motivation et de productivité.»

 7. Menez votre discours

Pour annoncer une décision difficile en tête à tête ou en équipe, voici plusieurs étapes clés : 

  • Accueillir positivement ( « Bonjour, merci d’être là… »)
  • Allez droit au but ( « J’ai besoin d’annoncer quelque chose d’important »)
  • Citez des faits précis de façon concise et directe ( « Suite au changement de direction, les résultats ont baissé de 20%… »)
  • Énoncez la décision sans vous excuser ( « J’ai décidé de… / Nous avons décidé de… »). Vous pouvez indiquer que cette décision n’a pas été simple à prendre mais prenez bien toute la responsabilité de la décision (évitez ainsi le « Il a été décidé que…).
  • Laissez le(s) collaborateur(s) réagir et adoptez une posture d’écoute sans contrer les objections ( « J’entends »).
  • Clôturez l’échange en donnant les perspectives d’avenir à vos collaborateurs ( « Cela prendra effet à telle date, nous ferons des points intermédiaires tous les mois… »).

💡 Si la situation le permet, vous pouvez responsabiliser votre interlocuteur ou vos équipes en leur demandant les solutions alternatives qu’ils proposent pour remédier à la situation. Cela nécessitera une prochaine réunion pour indiquer la décision finale mais vous aurez le mérite d’avoir considéré l’avis de(s) personne(s) concernée(s).

Et plus encore : 

Pour prendre des décisions et manager, certains ont plutôt tendance à faire confiance à leur intuition quand d’autres préfèrent se baser sur des faits et données. Nous avons donc demandé à deux experts leur avis : faut-il mettre au placard les sentiments ou au contraire est-il bienvenu de mettre de l’affect dans le management ?

7 conseils pour prendre une décision difficile… et l’assumer

à lire aussi

je ne suis pas d’accord avec les décisions prises, que faire ?

lire l'article

chargement de l'article suivant

tous les articles sont affichés !

vous aimez nos articles ?

abonnez-vous à notre newsletter.

En inscrivant mon adresse email, j'accepte de recevoir les newsletters du blog Expectra.

envoyez cet article par mail.