Se dégager du temps sans procrastiner : la stratégie de Klotilde | Expectra
progress bar

Se dégager du temps sans procrastiner : la stratégie de Klotilde

#employabilité #motivation #productivité

18 mars 2021

Arrêter les formules de politesse ou les tours de table en début de réunion… L’humoriste Klotilde dévoile sa vision pour gagner du temps sans remettre à plus tard.

« Face à la charge de travail, je pratique la déconscience professionnelle », Klotilde

« Je suis sous l’eau sans masque ni tuba ». Que celui qui ne s’est jamais retrouvé sous l’eau ferme son fichier sans le sauvegarder (chiche !). Si vous hésitez, c’est que cette situation ne vous est pas si étrangère. Ok si vous hésitez encore et que vous prononcez régulièrement « ASAP » c’est que vous êtes dans le déni. Enfin si vous êtes bloqué(e) devant votre écran et que vous vous dites : « allez avance, tu prends du retard sur ta TO DO », gardez votre PC ouvert, ce billet va vous intéresser.

Tout commence en ce début d’année 2020.
Nous sommes le 6 janvier, à peine arrivée au bureau je croise mon boss dans l’ascenseur. Bon sang ! 26 étages…
– « Ah Klotilde vous tombez bien ! J’ai besoin que vous me sortiez les chiffres sur T1, T2, T3… et puis sur les trois dernières années tant qu’à faire avec analyses, comptes-rendus et recos détaillées. Il me les faut pour mercredi 8h ».
– « Mais ça me laisse à peine 48 heures ! »
– « Et alors ? Jack Bauer en avait 24 ! »

Je savais que j’aurais dû prendre les escaliers. Je me le dis depuis le 1er janvier en plus (2013…) Encore une bonne résolution tuée dans l’œuf. C’est comme celle de l’année dernière où je m’étais promis d’arrêter de parler à Philomène. Philomène c’est ma plante verte de bureau. Un ficus cyathistipula qui « apprécie particulièrement la lumière, mais n’aime pas vraiment le plein soleil » (bref, notre copine rousse en vacances). A côté d’elle il y a mon jardin zen. Trois cailloux, un bac, du sable, c’est un peu la Rolls Royce de la litière. Ce matin-là j’y ai passé trois coups de râteau. J’avais besoin de me recentrer, de prendre un peu de hauteur. Et puis j’ai réglé ma chaise de bureau bien basse pour ne pas voir la tête de Fabrice en face de moi.

expectra expert de vos métiers RH, paie & juridique.

en savoir plus

9h30 me voilà face à mon écran, l’agenda plein à craquer (si seulement ça pouvait être la même pour mes rencards…). Un « Kick-off » qui se changerait en « Chris-tophe », un « Comex» devenant une folle soirée de s… Oups ! Mon esprit s’égare. Trois gouttes d’huile essentielle de Combawa et ma frustration s’en va. Oh mon dieu ! J’ai accepté deux réunions sur le même créneau. Comment je fais ? Philomène une idée ? Bloup bloup (mince, je l’ai trop arrosée). Bon, réfléchis, laquelle est la plus importante ? Celle intitulée « Executive steering committee follow up session » ou la « Global quarterly review of best practice sharing and cross fertilization initiatives » ? Le temps de choisir et mon café est déjà froid. En plus c’est du café soluble parce que la machine est en panne. Comme d’habitude. Comme l’imprimante. Comme ma motivation. Allez, trois gouttes d’huiles essentielles de Patchouli et c’est reparti ! Il est 11h38 je n’ai toujours pas avancé et je suis déjà crevée. Si seulement je savais mettre mon énergie là où il fallait…

3, 2, 1, je décide de prendre une nouvelle résolution (après tout on est encore en janvier). Et si pour faire face à ma charge de travail, la solution n’était-elle pas de me recentrer sur l’essentiel ? Me débarrasser du surplus et me concentrer sur le strict nécessaire, la « substantifique moelle » comme dirait Rabelais. Voilà comment je me suis dégagée du temps sans procrastiner. Parce qu’entre nous, n’y a-t-il pas « rien de plus inutile que de faire avec efficacité quelque chose qui ne doit pas du tout être fait » ? Stylée cette phrase. Mais elle n’est pas de moi, elle est de Peter Drucker.

Je vous explique. En gros, j’ai appliqué une sorte de principe de Pareto à ma sauce.

J’ai arrêté de faire tout ce qui me prenait beaucoup de temps et d’énergie sans donner de résultat, à commencer par Marie-Gwenaëlle L’Helgouarc’h. Marie-Gwenaëlle c’est la collègue qui vous met en copie de tout. C’est la collègue qui, quand vous la croisez, vous demande toujours si vous avez bien reçu son mail. « Euh non j’ai rien reçu. C’est peut-être dans mes spams. Tu es un spam Marie-Gwenaëlle ! ».

Autres efforts donnant zéro résultat :
– Faire des « flash reporting » qui sont des reporting de reporting de reporting que personne ne lit jamais.
– Éteindre toutes les notifications sur mon téléphone (surtout Tinder parce qu’au bureau c’est vraiment bizarre. OMG Fabrice est dessus !).
– Assister à une réunion au retour de la pause déjeuner quand mon corps lutte pour digérer mon Poke bowl quinoa-tofu.
– Ecrire les slides « Questions ? » et « Merci pour votre attention » en fin de présentation.
– Participer au prochain team building « fabrique ta lampe en carton ».
– Retenir les portes de l’ascenseur pour laisser entrer Marie-Gwenaëlle L’Helgouarc’h.
– Lire les mails de Marie-Gwenaëlle L’Helgouarc’h.
– Ecouter Marie-Gwenaëlle L’Helgouarc’h.
– Prononcer « Marie-Gwenaëlle L’Helgouarc’h ».

J’ai aussi arrêté les formules de politesse que tout le monde s’oblige à mettre dans ses mails, tout ça pour une pièce jointe. J’ai donc troqué les « je me permets de rebondir sur », « c’est très clair je te remercie », « avec la pièce jointe c’est mieux 😉 », « au plaisir de notre prochain échange », « belle journée » pour des « OK », « KO », « RAS », « FYI », « ++ ».

Enfin, j’ai définitivement arrêté les tours de table interminables en début de réunion. Sur une réunion d’une heure, ça prend ¼ d’heure facile.
Surtout quand Michel, au lieu de dire « je suis le comptable », commence à raconter année par année ses 30 ans de carrière. A 6 mois de la retraite on a pas envie de l’arrêter, on sent que c’est un peu son jubilé.
Parce que je ne sais pas garder mon sérieux lorsque ces tours de table deviennent des tours de « météo intérieure ». « Philippe comment tu sens toi aujourd’hui ? Soleil, super ! Et toi Nathalie ? Un petit cumulus sur le cœur, d’accord ».
Ce sont ces petites astuces qui m’ont permis de me recentrer sur mon cœur de métier pour enfin mettre mon expertise au service de véritables enjeux, avant de devenir complètement hors-jeu. Et vous, lesquelles de vos actions créent véritablement de la valeur ?

La bio de Klotilde

CREDIT © Chang Martin

Klotilde, de son vrai nom Clotilde Cavaroc, est une auteure et humoriste française. Elle démarre sa carrière en 2017 sur les scènes parisiennes et festivals d’humour. En 2019, elle obtient le fonds de soutien humour SACD et présente son premier spectacle « Klotilde élevée en plein air » au festival OFF d’Avignon (mis en scène par Antonin Lesson). En parallèle du spectacle vivant, Klotilde écrit pour une webradio et lance en 2017 son concept de pastilles vidéos « Les bons plans Tinder » puis sur le monde du travail (@Klotilde_humoriste). Vous l’avez également vue sur Téva et entendue sur Europe 1.

Le coup de cœur de Klotilde

« Pourquoi les limaces n’ont pas de jambes » est un court-métrage d’animation réalisé en 2019 par Aline Höchli. Une œuvre que j’ai découverte en 2020 et qui m’a particulièrement marquée dans ce contexte où, avec la généralisation du télétravail, la charge semble s’être accentuée. Call et visioconférences qui s’enchaînent, difficulté à se « déconnecter » en fin de journée, le tout exacerbé par un couvre-feu qui nous empêche de souffler avant de recommencer le lendemain.
On retrouve dans ce film un décor de monde du travail pas si éloigné de la réalité où des limaces pourvues de jambes côtoient mouches et autres insectes. L’opposition entre ces anti-héros d’une lenteur et oisiveté remarquables et le reste des insectes, rapides et bourreaux de travail, amène l’Entreprise à prendre une décision radicale : arracher les bras et jambes des limaces pour les greffer aux corps des mouches. Voilà pourquoi aujourd’hui les limaces se traînent par terre et les autres insectes ont plus de quatre pattes !
💡Vous pouvez découvrir le trailer anglophone de ce court-métrage sur Youtube et/ou le portrait francophone de la réalisatrice sur Arte.

Se dégager du temps sans procrastiner : la stratégie de Klotilde

à lire aussi

Faut-il réglementer les temps de pause ?

lire l'article

chargement de l'article suivant

tous les articles sont affichés !

vous aimez nos articles ?

abonnez-vous à notre newsletter.

En inscrivant mon adresse email, j'accepte de recevoir les newsletters du blog Expectra.

envoyez cet article par mail.