On est tous le stéréotype de quelqu’un | Expectra
progress bar

Stéréotype toi-même !

#bien-être au travail #diversité

22 avril 2021

Savez-vous que, selon de nombreuses études, une personne prend environ 35 000 décisions… par jour ?! Et que plus de 98% de ces décisions sont des automatismes inconscients ?!

En supposant que la plupart des gens dorment environ sept heures par jour, cela représente environ 2 000 décisions par heure ou une décision toutes les deux secondes. Ça vous parait impossible ?

Et pourtant… lorsque vous décidez d’ignorer la notification d’un smartphone, de prendre une petite gorgée de café, de changer de position, de réprimer un bâillement… c’est une décision ! Mais c’est une décision de notre cerveau faite de manière inconsciente : nous créons des habitudes nous permettant d’éviter de surcharger notre esprit avec de simples tâches de routine.

La majorité des choix auxquels nous sommes confrontés quotidiennement sont donc effectués en mode « pilote automatique ». Nous simplifions ainsi notre environnement, et heureusement pour notre cerveau !

expectra expert de vos métiers BTP & construction.

en savoir plus

Chacun sa case

⏰ 8h30 : Dans la rue, en arrivant au travail, vous croisez un homme d’une soixantaine d’années, cheveux gris, en costume-cravate.

Lorsque nous voyons quelqu’un pour la première fois, notre cerveau agit donc en mode automatique. Pour aller vite et simplifier, il catégorise et regroupe les visages, les silhouettes ou les allures par similitude, souvent inconsciente.
La catégorisation est la première étape du processus des stéréotypes et des préjugés : Je « classe » les personnes, juste en les voyant, dans une catégorie de personnes qui leur « ressemble ». Dans cet exemple, ma catégorie est : senior.

A chaque case son étiquette

Les stéréotypes, les biais inconscients, ce sont les caractéristiques (qualités, défauts, description) qu’on associe à une catégorie.

⏰ 9h : Ce matin, vous rencontrez des candidats pour le poste de Responsable Innovation. Le Responsable RH a présélectionné 3 candidats. C’est une création de poste, il y a de gros enjeux business urgents. Vous avez donc besoin de trouver vite LA bonne personne.

Le premier candidat arrive : Tiens, c’est drôle, c’est l’homme aux cheveux gris croisé ce matin ! Et pendant qu’il entre dans votre bureau, sans que vous en soyez conscient, votre cerveau fait son travail de simplification en triant un certain nombre d’informations :

  • La plupart du temps, les gens de plus de 55 ans ont de l’expérience mais ne sont pas très à l’aise avec les nouvelles technologies ;
  • A l’approche de la soixantaine, ces personnes ont tendance à avoir leurs habitudes et à être plus résistantes au changement.

Et même si vous tentez de rationaliser (« ne pas juger avant de connaître »), votre cerveau a déjà fait son exercice.

Une étiquette difficile à décoller

Les stéréotypes, quels qu’ils soient, viennent de ce qui nous a été transmis dans notre enfance par les personnes d’autorité : parents, famille, enseignants… Nous les avons intégrés dans nos valeurs.

Les stéréotypes sont aussi transmis et véhiculés par la Société, les médias, la publicité. Par exemple :

  • Dans les aéroports ou les stations-services, le panneau désignant les toilettes pour femmes indique aussi un endroit pour changer les bébés. Ce n’est pas le cas pour les toilettes des hommes. Comme ces panneaux me sont habituels, j’ai intégré, sans même le remarquer, que ce sont les femmes qui peuvent ou doivent changer les bébés.
  • Lorsqu’on entend parler des personnes en situation de handicap, par exemple sur les réseaux sociaux, c’est souvent au travers d’exploits, par exemple sportifs. On ressent alors de l’admiration pour ces personnes qui ont réussi à aller au-delà d’une jambe ou d’un bras en moins. Ainsi et tout naturellement, on associe les mots handicap et courage.

Par ces différents canaux, nous intégrons donc toutes et tous des caractéristiques qui vont impacter favorablement ou défavorablement nos ressentis, attitudes et actions à l’égard de certaines personnes.

Les stéréotypes sont souvent culturels. Par exemple, en France, nous n’avons pas la même vision du rôle des hommes dans l’éducation des enfants que dans les pays d’Europe du Nord et la Loi en est la meilleure preuve. Il suffit de comparer la durée du congé paternité légal dans les 2 pays pour en prendre conscience : 11 jours en France versus 54 jours en Finlande ou 70 en Norvège.

“Il est plus difficile de désagréger un atome qu’un préjugé – Albert Einstein”

Revenons à notre poste de Responsable Innovation. Lorsque je reçois ce candidat aux cheveux gris, mon cerveau a déjà fait son travail de simplification des informations et il est fort probable que mon a priori ne soit pas très positif.

Le mot “innovation” n’est pas le premier que j’associe au mot “sénior” ! Je n’en ai pas conscience, mais mon cerveau risque donc de m’inciter vivement à faire un entretien certes, poli et courtois, mais sans perdre de temps car je « sais » déjà que ce ne sera pas le bon candidat.

Et ainsi, les stéréotypes peuvent entraîner des conséquences très graves sur l’emploi, sur l’éducation, l’accès au logement, la santé, sur les femmes, les séniors, les personnes en situation de handicap, les jeunes, les minorités ethniques…

On ne peut pas tuer nos stéréotypes, nos biais inconscients, il faut vivre avec. Nous pouvons décider d’appuyer sur le bouton « pause ». Décider de s’obliger à faire un effort pour aller au-delà des 98% de choix automatiques et inconscients. Pour cela, il faut déjà y réfléchir et ensuite accepter d’identifier nos propres stéréotypes. C’est souvent un travail sur soi difficile mais très important.

💪 Êtes-vous prêt.e à vous confronter à vos propres croyances et stéréotypes ? Pour nous aider dans cette prise de conscience, Harvard a mis au point, il y a plusieurs années, des Tests d’Association implicites, accessibles au grand public.

Et n’oublions pas, nous sommes tous et toutes le stéréotype de quelqu’un !

La bio de Béatrice Bretegnier :

Béatrice Bretegnier a une expérience de 30 ans dans les Ressources Humaines, au sein de groupes internationaux, industriels ou high-tech. De 2010 à 2017, elle était notamment DRH d’un établissement de 2000 personnes d’une filiale du Groupe Thales, ainsi que Référente et formatrice Diversité et Egalité Femmes Hommes, pour Thales France. Depuis, elle a développé son activité autour de 2 expertises : la diversité et l’inclusion / le coaching et la conduite du changement.
Elle anime des formations, conférences, ateliers de sensibilisation ou tables rondes sur tous les domaines relatifs à la diversité dans les organisations professionnelles (Handicap, Egalité Femmes-Hommes, Intergénérationnel, Sexisme, stéréotypes…). Elle assure également les formations légales sur la non-discrimination dans les recrutements ou la formation des Référents en matière de lutte contre le Harcèlement sexuel et les agissements sexistes en entreprise.

Et encore plus encore : le coup de cœur de Béatrice Bretegnier :

La bande dessinée de Antoine CHEREAU – « l’égalité est un long fleuve tranquille ».
En quelques coups de crayons impertinents, Antoine Chereau croque des scènes de la vie quotidienne, dans l’environnement personnel ou professionnel, qui parlent de diversité, de sexisme, de racisme, d’homophobie, de handicap…
Avec humour, il nous permet de prendre conscience de la portée de quelques mots qui peuvent nous sembler anodins mais qui sont reçus violemment par les autres.
Il nous alerte aussi sur les difficultés rencontrées par certaines personnes, juste parce qu’elles sont « différentes ».
Bref, sans moraliser et sans se prendre au sérieux, les dessins caustiques d’Antoine Chereau nous proposent de réfléchir à nos attitudes et nos réactions en matière de diversité et de relation à la différence.

Stéréotype toi-même !

à lire aussi

5 conseils pour devenir une entreprise neuro-friendly

lire l'article

chargement de l'article suivant

tous les articles sont affichés !

vous aimez nos articles ?

abonnez-vous à notre newsletter.

En inscrivant mon adresse email, j'accepte de recevoir les newsletters du blog Expectra.

envoyez cet article par mail.