Recrutement : la personnalité, l’atout pour faire la différence | Expectra
progress bar

votre personnalité fait la différence ?

#employabilité #jeunes diplômés #recrutement

13 avril 2022

Un CV impeccable, une solide expérience, des recommandations… Tout ça c’est très bien mais c’est surtout votre personnalité qui fait la différence en entretien (et tout au long de votre carrière).

La personnalité en entreprise

Considérer la personnalité d’un candidat à l’embauche n’est pas un concept neuf. De l’analyse graphologique (désormais désuète) aux tests de personnalité de type Myers-Briggs, les recruteurs ont toujours tenté de « cerner » le profil d’un collaborateur potentiel. 

L’idée n’est pas de mettre un individu dans une case mais bien d’observer des éléments objectifs. Ainsi, scruter la personnalité d’une future recrue s’explique par des motifs pragmatiques : 

  • le candidat pourrait-t-il s’intégrer à l’équipe ? 
  • s’adapter avec le modèle de hiérarchie ?
  • supporter la culture d’entreprise ainsi que les tâches et les responsabilités demandées ?
  • s’adapter aux évolutions ? 
  • être en phase avec les valeurs de l’entreprise ? 
  • rester motivé malgré les obstacles ? 

Comme le soulignent de nombreux experts, les compétences, le savoir-faire, l’expérience, etc. peuvent s’acquérir, se transformer avec du temps et des efforts. Mais le savoir-être et la personnalité (comportements, motivations, aptitudes, intelligence émotionnelle…) d’un individu sont un « donné » difficile à changer.

Recrutement : quelle place pour la personnalité ?

L’importance accordée à la personnalité, au savoir-être et aux soft skills prend de l’ampleur. Au point que ces derniers sont désormais considérés comme plus importants que les diplômes et/ou l’expérience par de nombreux recruteurs.

Pour confirmer ce constat, imaginez un ring : d’un côté la personnalité, de l’autre l’expérience professionnelle ou encore les compétences techniques. Le combat est acharné, tant il est difficile de les départager. Alors, certains s’y sont attelés, à coups d’études et d’enquêtes. Pour n’en citer que deux : 

  • Une étude publiée par la Dares en février 2022 indique que l’expérience demeure le critère le plus souvent cité par les entreprises pour accueillir un nouveau collaborateur. 
  • Quand une autre enquête de RegionsJob parue en 2019 met à l’honneur la personnalité « le savoir-être peut faire toute la différence : il est considéré comme très important pour 86 % des recruteurs interrogés. (…) Quand le savoir-être du candidat séduit le recruteur, ce dernier est prêt à faire des concessions sur le diplôme (85 %) et sur l’expérience (79 %). »

Résultat : le match est serré, l’expérience et les compétences techniques comptent mais la personnalité fait la différence. « Au-delà du savoir-faire, c’est en effet le savoir-être qui prévaut dans 6 recrutements sur 10 », indique Élodie GENTINA, conférencière, enseignante-chercheuse en marketing, IÉSEG School of Management pour Ouest-France

Il est donc important de ne pas limiter un candidat à son CV, d’autant que cet outil semble avoir des limites « pour évaluer les compétences transversales et comportementales de plus en plus recherchées par les entreprises (savoir-être). Le distributeur Boulanger a par exemple compris cette nécessité lorsqu’il a lancé l’une de ses dernières campagnes de recrutement sur Twitter avec le slogan “Pas de CV, une personnalité !” », a-t-elle ajouté.

Et demain ? #futureofwork

Le monde du travail évolue à toute vitesse, rappelle Yolanda Lau du magazine Forbes, aussi les critères de recrutement doivent s’adapter et tenir de plus en plus compte des soft skills. Ces qualités humaines, autrefois cerise sur le gâteau, sont aujourd’hui devenues primordiales. Les raisons ? Elles sont multi-factorielles. Dans un monde en perpétuelle transformation, des qualités comme l’adaptabilité et la résilience font la différence. Et « face à l’automatisation et à la digitalisation grandissantes du monde du travail, les soft skills (que les machines ne peuvent encore imiter) ont pris davantage d’importance. »

Un point de vue que partage Samuel Durand, spécialiste de la transformation au travail et du marché de l’emploi :  « Si les compétences techniques restent importantes, rien ne l’est plus que l’humain aujourd’hui et dans le futur ».

Les traits de personnalité préférés au travail

Il n’existe pas de bonne ou mauvaise personnalité, uniquement des traits de personnalité  qui correspondent davantage à un poste ou à une structure. 

Parmi tous ceux existants (dynamique, perfectionniste, ouvert d’esprit, ordonné, méthodique, sensible, rêveur, imaginatif…), certains ont tout de même tendance à remporter l’unanimité : 

  • L’empathie : un atout de personnalité précieux pour favoriser le bien-être au travail et la dynamique d’un groupe dans un objectif commun. 
  • L’adaptabilité : face à l’évolution du monde du travail, les entreprises ont besoin de profils capables de s’adapter et de rebondir, de profils « qui disent beaucoup plus “et” que “mais” », précise Samuel Durand. 
  • La curiosité : une nécessité pour progresser tout au long d’une carrière et rester compétent. 

N’hésitez pas à présenter des exemples concrets pour démontrer votre capacité à utiliser ces qualités professionnelles et à valoriser vos softs skills sur un CV ! 💪

💡 Avis aux jeunes diplômés :

Le dynamisme est le thème de sélection qui différencie le plus les recrutements de juniors. Il implique des qualités immédiates attendues du candidat (‘’réactivité’’) mais aussi une capacité à évoluer, avec les critères ‘’potentiel’’ et ‘’apprendre’’

d’après l’étude publiée en février 2022 par la Dares.

Ces petits + qui font la différence

D’accord, une personnalité ne se change pas… Mais l’on peut parfaire ses soft skills et même viser les mad skills, non ? 

Une mad skill (littéralement « compétence folle »), c’est ce petit talent original, inattendu (mais avéré et perfectionné) qui fait toute votre singularité et peut se révéler être un véritable atout pour votre entreprise : 

  • Vous avez un titre de champion.ne d’échecs ou une passion pour l’ornithologie ?
  • Vous avez élevé (ou baby-sitté) des dizaines d’enfants ? 
  • Un parcours professionnel atypique (vous avez débuté avec CAP pâtisserie pour devenir manager de votre équipe, ou l’inverse)… ? 

La mad skill se pioche autant dans les hobbies et les centres d’intérêts que dans le parcours de vie, qu’il soit perso ou pro. 

« Si vous avez des “mad skills’’, il faut les développer [sur votre CV] comme s’il s’agissait d’expériences professionnelles », conseille Amélie Favre Guittet interviewée pour Pôle Emploi. « N’hésitez pas à faire de vraies phrases, à expliquer depuis quand vous faites cette activité, pourquoi elle vous plaît… Une fois que vous serez en entretien, vous allez pouvoir valoriser des savoir-être que vous avez développés grâce à ces “mad skills’’ et faire le lien avec les qualités attendues dans l’entreprise. »

Plus besoin de cacher vos passe-temps incongrus, ils éclairent au contraire des facettes de votre personnalité qui peuvent parler aux recruteurs. 

Et plus encore :

Si vous souhaitez vous rendre « neutre » ou « lisse », oubliez ! C’est au contraire votre singularité, votre nature profonde (qu’elle soit introvertie, exubérante, sérieuse ou farfelue), ce « supplément d’âme » qui vous fera briller en entretien et vous permettra de trouver un poste à votre image.

votre personnalité fait la différence ?

à lire aussi

quels sont les métiers d’avenir ?

lire l'article

chargement de l'article suivant

tous les articles sont affichés !

vous aimez nos articles ?

abonnez-vous à notre newsletter.

En inscrivant mon adresse email, j'accepte de recevoir les newsletters du blog Expectra.

envoyez cet article par mail.