progress bar

témoignages : gestion d’équipe, tout un sport !

#conseil #leadership #motivation

Esprit d’équipe, combativité, ambition, rigueur, solidarité… Et si les valeurs sportives étaient la clé du manager pour optimiser la cohésion d’équipe et engager davantage les collaborateurs ? Témoignages de sportifs de haut niveau qui sont entrés dans le monde de l’entreprise et qui vous proposent un parallèle entre ces deux mondes (pas si éloignés).

donner du sens aux missions 

En entreprise comme sur un terrain de sport, il ne suffit pas d’aligner les meilleurs athlètes pour gagner. Pour permettre aux collaborateurs de s’épanouir professionnellement et d’éviter que leur motivation ne se dégrade, il est essentiel que ces derniers trouvent du sens dans les missions qui leur sont confiées. 

C’est ainsi le credo de Gautier Simounet, guide de para athlétisme et double champion paralympique avec Assia El Hannouni, coureuse malvoyante, aujourd’hui manager d’exploitation sur le RER A et à la tête d’une équipe d’une trentaine de collaborateurs. « A l’instar de mes coachs qui m’ont toujours expliqué pour quelles raisons il était nécessaire de réaliser tel entraînement et pour quels types d’objectifs, je prends toujours le temps d’expliquer à mes équipes pourquoi il est important de suivre une formation, et le but recherché par rapport à nos clients et à leur travail d’agent », expliquent-ils.

fixer des objectifs réalisables

Si la mission de l’entraîneur est de pousser son joueur à se dépasser, il doit pour autant prendre garde à ne pas le décourager en lui fixant des objectifs inatteignables. Pour Jacques-Michel André, ancien joueur de rugby du Racing Club de France et aujourd’hui directeur du Groupe IGS Sports qui accompagne les sportifs dans leur reconversion professionnelle : « Il est important de donner un objectif final, mais également de fixer des objectifs intermédiaires qui sont accessibles et qui peuvent être atteints au fur et à mesure sur un tableau de marche. Ce sont ces étapes intermédiaires qui vont ainsi permettre d’accomplir l’objectif final. » 

expectra expert de vos métiers commercial & marketing.

en savoir plus

Et d’ajouter : « Un objectif surréaliste risque au contraire de dévaluer la potentialité du joueur comme du collaborateur, et lui faire remettre en question sa valeur ajoutée et ses compétences. »

savoir gérer son stress et ses émotions

Au-delà du talent et des prouesses techniques, un sportif, qu’il soit de haut niveau ou non, se doit d’être capable de maîtriser ses émotions et de gérer son stress en compétition. Une qualité qui trouve bien évidemment toute sa place en entreprise, que ce soit du côté du manager, comme du collaborateur.  

« La gestion des émotions sur un terrain, en entraînement, en compétition, comme en entreprise est essentielle. Mon expérience de sportive me permet aujourd’hui de savoir relativiser et de prioriser ce qui est vraiment important lorsque je suis confrontée à des situations stressantes avec une deadline de rendu par exemple », déclare Sophie Vaysse, joueuse de football au Paris FC, qui a intégré parallèlement POINT.P en CDD en tant que chargée de communication réseaux sociaux.

développer le potentiel individuel

Un entraîneur à succès doit pouvoir coordonner les efforts de ses joueurs et encourager les membres de l’équipe à dépendre les uns des autres pour en assurer la réussite. Si l’esprit d’équipe est bien entendu essentiel dans le sport comme en entreprise, Jacques-Michel André est, quant à lui, très attaché à la performance individuelle. Son credo ? Il n’y a pas de grand collectif avec de petites individualités ! 

« Pour atteindre un collectif puissant, il faut avoir au sein de l’équipe des individualités performantes. Dans cette optique, le rôle de l’entraîneur ou du manager est de mettre à disposition des moyens pour développer le potentiel individuel de chacun, puis de les mettre en commun en les harmonisant », précise l’ancien rugbyman. 

savoir prendre les bonnes décisions

Pour Nicolas Houguet, ancien chargé de projet RH et désormais arbitre de football professionnel : « L’objectivité, l’honnêteté, le sang-froid, l’intégrité, la confiance en soi, et la capacité à savoir trancher sont des qualités cruciales dans le processus d’arbitrage, comme dans la gestion des ressources humaines. » 

L’arbitre de football est en effet un manager. Il doit non seulement gérer les 22 joueurs sur le terrain, les entraîneurs, le banc des remplaçants, mais également juger les fautes commises et décider de prendre des sanctions, voire procéder à des exclusions lorsque cela est nécessaire. Autant d’arbitrages difficiles sur le plan humain auxquels doivent procéder régulièrement un DRH ou un manager au sein d’une entreprise. 

« A l’instar d’un sélectionneur, j’ai appris, au cours de ma carrière sportive, à gérer des situations où il faut se séparer d’un collaborateur lorsque celui-ci risque de mettre en péril le collectif », illustre Jacques-Michel André. Dans cette optique, le plus gros du travail passe par la communication

« Le fait d’être strict ne pose pas de problèmes dès lors que les règles sont clairement expliquées. La neutralité et l’impartialité sont également deux points incontournables pour obtenir la confiance des joueurs comme des collaborateurs », analyse Nicolas Houguet. 

emmener son équipe vers de nouveaux horizons 

En sport comme dans le milieu professionnel, il est important d’apprendre à perdre ! 

« Pour devenir un sportif de haut niveau et réussir en compétition, il faut avoir en soi une volonté de ne rien lâcher, même quand vous souffrez ou que vous perdez. La défaite est en quelque sorte une motivation supplémentaire pour vous dépasser encore plus et ainsi aller décrocher une prochaine victoire », analyse Jacques-Michel André. 

Le rôle du manager est de permettre à l’équipe d’apprendre de ses erreurs pour performer. Face à l’échec, il doit savoir débriefer, collectivement ou en face à face, comprendre ce qui n’a pas marché et pour quelles raisons, mais aussi rebooster le moral des troupes pour les orienter vers le chemin du succès. « A l’inverse, en cas de victoire, l’entraîneur doit emmener son équipe vers de nouveaux objectifs et rediriger immédiatement leur attention sur la prochaine compétition », conclut Gautier Simounet.

et plus encore : 

Pour stimuler les collaborateurs et les inviter à se dépasser, certains managers peuvent être tentés par la mise en compétition. Si elle a des vertus dans le sport, est-ce le cas en entreprise ? Deux experts du management vous partagent leur point de vue dans ce débat : faut-il instaurer un esprit de compétition entre les collaborateurs ?

témoignages : gestion d’équipe, tout un sport !

à lire aussi

débat : faut-il instaurer un esprit de compétition entre les collaborateurs ?

lire l'article

chargement de l'article suivant

tous les articles sont affichés !

vous aimez nos articles ?

abonnez-vous à notre newsletter.

En inscrivant mon adresse email, j'accepte de recevoir les newsletters du blog Expectra.

envoyez cet article par mail.