progress bar

4 conseils pour réveiller la femme leader qui est vous.

#conseil #égalité femme homme #leadership

On ne naît pas leader, on le devient… Malgré la vague des #girlboss et autres tendances (qui renforcent parfois sournoisement les stéréotypes), le leadership demeure encore un territoire masculin. L’art de diriger n’a pourtant pas de genre. Alors, puisque « mars » rime avec « journée internationale des droits des femmes », chiche de libérer votre leadeuse intérieure ? 4 conseils pour ce faire !

D’après une étude sur la place de la femme dans les instances dirigeantes, menée par ellisphere, en France en avril 2021 on compte 1 femme dirigeante (32,9%) pour 2 hommes dirigeants (67,1%). La carrière des femmes semble aussi sujette à un moindre accès aux responsabilités de management d’après une étude de mars 2021 de l’Apec : parmi les moins de 35 ans, on constate 25% d’hommes managers contre 18% pour les femmes. A l’échelle du monde, une étude sur l’égalité des sexes réalisée par le cabinet Heidrick & Struggles rapporte que seuls 5% des directeurs généraux dans le monde sont des femmes.

Si ces chiffres sont en légère hausse, ils sont loin de faire écho à une parité entre les sexes. Pourtant le leadership féminin n’en est pas moins déprécié. Ces données sont plutôt le reflet d’un héritage culturel et non de compétences innées : le leadership n’est l’apanage ni des hommes ni des femmes – ni même d’un type de personnalité. Et bonne nouvelle, être un bon leader, cela s’apprend ! Voici 4 conseils pour tisser votre étoffe de leadeuse.

Conseil n°1 : Se libérer des entraves.

Le syndrome de l’imposteur, cela vous parle ? Ce doute écrasant qui touche bon nombre de femmes brillantes, leur donnant un sentiment d’illégitimité. Pour faire éclore la femme leader qui sommeille en vous, il est avant tout nécessaire de prendre conscience de vos qualités et de vous débarrasser de tout éventuel syndrome d’imposture.

Ce qui est possible :

expectra expert de vos métiers ingénierie & industries.

en savoir plus

  • Avoir conscience que chacun d’entre nous peut être rongé par le doute, qu’importe son genre/sexe.
  • Travailler votre confiance en vous d’une manière générale (en famille, au quotidien…).
  • Faire une liste écrite de vos accomplissements (pour distinguer les faits de votre ressenti).
  • Demander à une liste de personnes choisies de vous faire un feedback positif (et honnête !) sur vos réussites/compétences/qualités.
  • Résister à la tentation d’en faire trop pour prouver sa valeur…et risquer le burn-out.
  • Nommer votre malaise à haute voix, auprès d’une personne de confiance. en parler peut aider à dénouer progressivement certains blocages.

Conseil n°2 : Déboulonner les clichés.

Certains stéréotypes de genre ont la vie dure, et les dépoussiérer un bon coup se révèle parfois nécessaire pour avancer… et laisser à chacun.e la possibilité de s’épanouir sans préjugés.

Le cliché : « Les femmes sont les reines du multitasking »

Le cliché : « Les hommes ont davantage d’autorité naturelle et de capacités à imposer une vision »

  • La réalité : Ces codes ne sont pas nécessairement les qualités d’un bon manager ou leader. L’évolution des mentalités et du monde du travail réclament des postures managériales basées sur la construction de la confiance. Des valeurs plus facilement incarnées par les femmes d’après la chercheuse Isabelle Barth.

Le cliché : « Les femmes sont plus à l’aise dans les postes « maternants »

  • La réalité : Il existe une pression sociale très forte qui pousse les femmes à adopter un rôle d’aidante, sans que cela soit fondé sur un désir ou des aptitudes innées.

Le cliché : « Les hommes sont moins émotifs »

réveiller la femme qui est en vous

Conseil n°3 : Cultiver les compétences clés.

Intransigeance, charisme, intrépidité… vous pensez instinctivement à certains traits de personnalité ou certaines qualités inhérentes à un.e leader ? Pourtant, les tendances 2022 sont aux soft skills, selon le style de leadership que vous souhaitez privilégier :

  • L’authenticité et la transparence

Insistez davantage sur les valeurs que sur la persuasion, afin d’augmenter l’adhésion d’autrui à vos idées et la confiance/satisfaction au sein de votre équipe.

  • Le dévouement

Empathie, écoute, bienveillance… Prendre soin des membres de votre équipe accroîtra leurs performances et la réalisation des objectifs.

  • Le sens de l’éthique

Intégrité et justice sociale sont au cœur du leadership ; les comportements au travail s’améliorent, la créativité est boostée.

Conseil n°4 : Oser.

Embrasser l’esprit du leadership requiert un soupçon d’audace…

  • Prendre des risques : Innover, remettre en question, décider… autant de gestes qui requièrent une certaine dose de témérité. Pour être femme leader, mieux vaut ne pas avoir (trop) froid aux yeux.
  • Poser des limites : Savoir poser des limites, les faire respecter et accepter les conséquences est une dimension essentielle du leadership. Pas toujours agréable, ce rôle est toutefois nécessaire pour asseoir votre crédibilité, sécuriser vos projets et établir des relations de confiance.
  • Développer une vision claire à moyen-long terme : En bref, penser comme un leader, avec des objectifs, une stratégie…et la conviction d’y arriver.

Vous ne vous sentez pas capable d’endosser un rôle de leader ? Pourquoi ne pas tout simplement… vous lancer ? Cela peut être aussi concret que d’accepter une nouvelle responsabilité au travail. Et en vous ouvrant à de nouvelles opportunités, vous vous découvrirez peut-être des talents insoupçonnés. 

Et plus encore :

Les inégalités se réduisent mais sont encore légion. Le point sur les obligations des entreprises en faveur de la parité hommes femmes et contre les discriminations.

4 conseils pour réveiller la femme leader qui est vous.

à lire aussi

[podcast] Le trac vous veut du bien

lire l'article

chargement de l'article suivant

tous les articles sont affichés !

vous aimez nos articles ?

abonnez-vous à notre newsletter.

En inscrivant mon adresse email, j'accepte de recevoir les newsletters du blog Expectra.

envoyez cet article par mail.